Selon l'étude Ifop JNA, 1 salarié sur 2 se dit agressé par le bruit sur son lieu de travail. Près de 1 000 cas de surdités professionnelles sont déclarés chaque année (Direction des risques professionnels de l'Assurance maladie).

Pour protéger vos salariés, vous devez d’abord étudier les solutions collectives telles que l’encoffrement des machines ou l’isolation acoustique. A défaut de pouvoir intervenir sur le niveau de bruit global, vous devez fournir des protecteurs individuels contre le bruit (PICB)

Infographie - Quel PICB est le mieux adapté à vos besoins ?
Cliquer sur l'image ou sur ce lien pour afficher l'infographie en taille réelle.

Qu'est-ce qu'un PICB ?

Un Protecteur Individuel Contre le Bruit est un Équipement de Protection Individuelle (EPI). Grâce à ses caractéristiques d'affaiblissement acoustique, il atténue les effets nuisibles du bruit et prévient toute détérioration de l'audition.

Il existe 4 grandes familles de PICB :

  • Le serre-tête à coquilles : il se positionne sur l'oreille, il est relié par un arceau passant au-dessus de la tête.
  • Le bouchon avec arceau : il se positionne à l'entrée ou à l'intérieur du conduit auditif. Une bande plastique rigide assure le maintien.
  • Le bouchon d'oreille à façonner ou préformé : il s'introduit directement dans le conduit auditif.
  • Le bouchon antibruit moulé ou protection auditive sur mesure : il est réalisé à partir d'une empreinte de l'oreille de l'utilisateur. Il est ensuite fabriqué en silicone ou en résine acrylique.

L'importance de protéger son audition

La législation définit deux seuils d’exposition quotidienne, l’utilisation de PICB est :

  1. Conseillée à partir 80 dB(A) sur 8 heures
  2. Obligatoire pendant toute la durée d’exposition à partir de 85 dB(A) sur 8 heures

Les effets directs du bruit sur la santé sont les pertes auditives, les acouphènes et la surdité. Il existe également des méfaits indirects tels que les troubles cardiovasculaires, les vertiges, le stress. Votre entreprise s’expose à un risque de baisse de productivité et une augmentation des accidents du travail liés à la baisse de la vigilance.

Peu importe le PICB que vous choisissez, l'important est de protéger l'audition de vos salariés et qu’ils portent leurs protecteurs 100% du temps d'exposition au bruit.

Comment sélectionner le bon protecteur auditif ?

8 critères sont à prendre en compte lors de votre sélection :

1. L'adaptation de l'affaiblissement acoustique

Ce n’est pas parce qu’un protecteur atténue fortement qu’il est plus efficace. Votre salarié doit percevoir son environnement de travail : les alarmes, les alertes de sécurité de ses collègues. Il doit rester à l’écoute des consignes et doit donc pouvoir communiquer, échanger en toute sécurité, c’est-à-dire sans retirer ses protecteurs auditifs.

Le PICB doit donc, selon la norme EN 458, abaisser à 72 dB(A) le niveau sonore perçu par le salarié.

Par exemple, Madame Rolland évolue dans un atelier à 90 dB(A), il est déconseillé de lui fournir des PICB dont l’atténuation est de 35 dB. Il est préférable de lui fournir des protections avec un SNR entre 15 et 20 dB.

Zones d'affaiblissement idéales

Le choix de l’affaiblissement acoustique tient compte du matériel, de l’infrastructure mais aussi des spécificités de chacun. Ainsi un salarié qui a déjà une perte auditive ne se verra pas nécessairement proposer la même atténuation que son collègue qui n’a pas de perte auditive même s’ils travaillent sur la même machine, dans le même atelier.

2. La compatibilité avec les autres EPI

Double protection contre le bruit

Dans certaines situations, porter un PICB ne suffit pas à se protéger totalement du risque bruit. Lorsque l'intensité de la source est très élevée, il peut être nécessaire de cumuler le port de deux protecteurs, c'est ce que l'on appelle la double protection. En effet, à certain poste de travail, le niveau de bruit ambiant peut atteindre voire même dépasser 115 dB(A). Dans ce cas, l'intensité sonore perçue sous la protection est très souvent supérieure au niveau admissible. Pour lutter contre ces expositions extrêmes, une protection auditive sur mesure peut être portée sous un protecteur de type serre-tête à coquilles.

Compatibilité avec les autres EPI : lunettes, casques…

D'autres situations nécessitent l’utilisation simultanée de deux EPI protégeant différentes parties du corps. Dans des ateliers bruyants présentant des risques de projections de produits dangereux par exemple, les protections auditives doivent être portées en complément d'une paire de lunettes de sécurité. Sur les chantiers, le salarié doit être en mesure de porter ses PICB avec un casque.

Si des conditions spécifiques existent dans vos ateliers nécessitant l'utilisation de plusieurs protecteurs, la compatibilité entre ces EPI est primordiale !

3. Le confort

Vos salariés doivent oublier qu’ils portent un protecteur. Ils doivent adopter un port réflexe et ne pas imaginer passer une journée sans leurs bouchons antibruit. Pour cela vous devez leur fournir un protecteur le plus confortable possible afin qu’il soit porté 100% du temps d’exposition.

4. L'hygiène

Quel que soit le type de PICB, ils sont en contact direct avec la peau. L’hygiène et l’entretien de ces protecteurs auditifs est donc un facteur essentiel à prendre en compte. Comment les nettoyer ? A quelle fréquence ? Est-ce que le salarié pourra les utiliser simplement ou devra-t-il préalablement se laver les mains ? Autant de questions que vous devez vous poser et prendre en compte lors de votre sélection.

5. La santé

Votre salarié est-il allergique à certains composants ? Est-il sujet à des irritations de la peau ? Est-ce qu’il a déjà des pertes auditives ?

6. La facilité d'utilisation

Le PICB que vous allez fournir ne doit pas être vécu comme une contrainte par votre salarié. Il doit donc être facile à utiliser, à mettre en place. Plus son utilisation sera aisée, plus vite il sera adopté et sollicité par votre salarié.

7. L'adaptabilité à l'environnement de travail

Vous devez également tenir compte de l’environnement de travail lors de la sélection du protecteur individuel contre le bruit. Température de l’atelier, taux d’humidité… Par exemple dans un atelier à 25°C, l’utilisation d’un serre-tête à coquilles favorisera la transpiration ce qui nuira au confort de votre salarié et donc au port du protecteur 100% du temps passé au bruit.

8. La certification CE

Dernier aspect, mais pas le moindre : le PICB doit être certifié CE selon la norme EN352-2. Vous devez valider ce point en demandant les attestations CE à votre fournisseur.

Soyez vigilant dans le cas des protecteurs auditifs sur mesure. Il est important de souligner que c’est l’ensemble qui doit être validé : l’embout et le filtre. Ainsi si un fournisseur fabrique les embouts mais qu’il achète les filtres auprès d’un autre prestataire, il doit avoir réalisé une nouvelle attestation CE pour l’ensemble. Il ne doit pas vous fournir uniquement les attestations CE des filtres.

Retrouvez l’ensemble de ces critères dans le guide ci-dessous avec des exemples concrets. Evaluez toutes les options à votre disposition et agissez contre la surdité professionnelle dans votre entreprise.

Découvrez comment choisir vos protections auditives en 8 points-clés