Les soldats font face à de plus en plus de situations complexes et dangereuses. Lorsque l'on essaie de lister ces dangers, le bruit n'est pas nécessairement l'un des premiers facteurs identifiés. Pourtant, les nuisances sonores peuvent avoir de graves conséquences sur la santé auditive des forces d'intervention, comme le relatait un membre de l'unité ERIS 35 lors d’une précédente étude de cas :

"Lors d'un exercice, une grenade a explosé à hauteur de mon visage. Depuis ce jour, je suis constamment victime d'acouphènes."

Pour protéger l’audition des forces armées tout en permettant la communication en toute circonstance, un partenariat entre l'Institut Franco-Allemand de recherche de Saint-Louis (ISL) et le Laboratoire Cotral a vu le jour sous la forme du projet de Bouchon Auriculaire de Nouvelle Génération (BANG). Récit des derniers développements.

Protéger l'audition des soldats

BANG a pour but de permettre aux soldats de percevoir leur environnement tout en étant protégés en cas de tirs ou d’explosions.

Depuis sa notification en janvier 2016 par l'unité de management Nucléaire, Biologique et Chimique (NBC), les phases de développement suivantes se sont enchaînées avec succès :

  • Durant la première année, les premières maquettes ont été conçues et réalisées. A ce stade du développement, lors du forum DGA innovation, ce dispositif avait été présenté au Ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian par Pascal Hamery, chercheur à l'Institut Saint-Louis :

  • En 2017, des essais laboratoires et plusieurs itérations sur les prototypes se sont enchaînés.
  • En début d'année 2018, les premières phases de tests en conditions réelles ont été conduites à la Section Technique de l'Armée de Terre (STAT).

Ces essais ont permis de tirer des premiers enseignements de ce projet.

L'avancée des tests

Lors de cette épreuve de tests, les bouchons auriculaires ont été testés dans les situations suivantes :

  • A bord d'un Véhicule Blindé de Combat d'Infanterie (VBIC)
  • Lors de sessions au stand de tir
  • Lors d'une mission de reconnaissance à pied

Dans toutes ces situations, les premiers utilisateurs opérationnels ont déclaré ressentir une réelle sensation de protection auditive tout en restant connectés à leur environnement.

Des membres de la section technique de l'armée de terre en train de tester le projet BANG

Lors de ces phases de test, les membres de l'unité ont souligné les atouts suivants du produit :

  • L'oreillette imprimée en 3D épousant la forme du conduit auditif assure une parfaite atténuation contre les bruits impulsionnels et continus. Elle est facile à enfiler, reste stable et confortable pour un port de longue durée.
  • Le contrôle automatique de l'étanchéité à l'air, lors de chaque mise en route, confirme au porteur qu'il a bien positionné ses deux oreillettes.
  • L'audition naturelle de la parole et des bruits environnants est limitée à 85 dB(A) pour ne pas engendrer de lésions ni de fatigue auditive.
  • Le système est compatible avec différents systèmes de communication comme le PR4G, le RIF et l'Auxyllium. Pour la communication radio, la voix est prise directement par le microphone situé à l'intérieur de l'oreille. Elle est ainsi protégée des bruits ambiants.

Lors du salon Eurosatory qui s'est déroulé du 11 au 15 juin 2018, les premiers faits d'armes de BANG ont été présentés sur le stand du ministère des armées :

Les étapes suivantes du projet

Pour donner suite à ce premier retour d'expérience terrain, les prototypes BANG vont encore subir des optimisations sur les fonctionnalités existantes. Puis de nouvelles fonctionnalités seront ajoutées, notamment :

  • L'anti-bruit actif contre les basses fréquences.
  • La spatialisation des communications : pour encore mieux discriminer les interlocuteurs.
  • La dosimétrie du bruit : pour connaître les niveaux d'exposition sonore auxquels sont soumis les combattants sur une journée complète.
  • Le suivi physiologique : pour surveiller les paramètres vitaux, comme par exemple le rythme cardiaque, et prendre de meilleures décisions concernant la santé des combattants.

Des évaluations terrain complémentaires seront planifiées pour tester l'inclusion de ces nouvelles fonctionnalités dans le système BANG, mais également pour juger si ce dispositif peut être employé dans d'autres situations par les forces armées.

Grâce à BANG, un soldat au combat n'aura plus à choisir entre la communication et la protection.

Des forces armées à l'industrie 4.0

La protection de l'audition des soldats de demain n'est pas la seule application des technologies nées du partenariat entre l'ISL et le Laboratoire Cotral. En effet, de nombreuses caractéristiques du projet BANG peuvent s'appliquer à l'industrie du futur. De ce constat est né BIONEAR, concept d'écouteur intelligent présenté pour la première fois au CES 2018 :

Parmi les fonctionnalités héritées de la collaboration entre l'ISL et Cotral Lab par l'intermédiaire de sa start-up Cotral Communication, on retrouve notamment :

  • La réduction intelligente du bruit : la protection auditive ajuste automatiquement l'atténuation selon le niveau de bruit environnant.
  • La communication au bruit : le système de communication unique permet de rester connecté à ses collaborateurs sans être dérangé par le bruit.
  • Les données de dosimétrie du bruit : les niveaux d'exposition au bruit à l'intérieur et à l'extérieur de l'oreille sont collectés pour fournir des statistiques d'exposition à l'utilisateur.

L'idée derrière le concept BIONEAR est d'augmenter les capacités naturelles de l'oreille humaine en milieu industriel bruyant en proposant bien plus qu'une protection auditive.

Qu'il s'agisse des forces armées ou de l'usine 4.0, l'objectif affiché est d'apporter toujours plus de protection aux personnes qui en ont besoin, quelles que soient leurs situations spécifiques. Restez à l'écoute pour l'évolution de ces projets !